Écoutez l’épisode :

Le nom de plume n’est pas seulement la marque de son individualité. C’est un choix stratégique. C’est une décision marketing.


LUCIE CASTEL

Le choix de son nom d’auteur est le premier pas symbolique dans une carrière d’écrivain. La majorité des auteurs en France décident de prendre un pseudonyme.

Certains pour donner vie à une facette artistique bien différente de leur vie quotidienne, d’autres pour l’anonymat, certains encore pour se réinventer.

Ainsi, avant même d’avoir écrit son roman, on se pose la question de son identité d’écrivain. On réfléchit. On pondère. On teste. Parfois on change d’avis.
C’est aussi souvent la cause de nombreuses nuits de doute et d’anxiété !

Mais nous sommes désormais à l’heure des influenceurs du Web, des rêves de succès commerciaux et surtout de l’auto-édition. Faire de son nom une marque se popularise. La nouvelle génération des auteurs peut se demander à juste titre si utiliser son patronyme civile – son vrai nom – n’est pas finalement un choix judicieux.

Alors, quelle est la meilleure stratégie pour un écrivain ? Prendre un pseudonyme, le “nom de plume”, ou publier sous son vrai nom ?

Au-delà de l’attrait d’avoir une identité secrète et de choisir un nom qui nous plaise, il y a en effet une vraie stratégie éditoriale et marketing à connaître pour faire le bon choix.  Lucie Castel vous la présente dans ce premier épisode du podcast : Devenir écrivain.

Les grands points de la conversation

– L’enjeu de l’anonymat
– Les choix connotés
– Le biais des éditeurs
– Écrire dans plusieurs genres
– La recette du succès

Écoutez l’épisode :

Votre bonus :

Téléchargez gratuitement le guide : Écrivain, mode d’emploi !
Vous retrouverez les quatre étapes fondamentales pour faire évoluer votre écriture vers son niveau professionnel !

Cet épisode vous a plu ?

Ne manquez pas le prochain épisode en vous abonnant à notre podcast sur votre plateforme préférée !
Laissez-nous un commentaire pour nous faire part de votre expérience ou pour nous posez vos questions !

7 Comments

  1. Bonjour,
    Le contenu est top, très intéressant et pertinent ! C’est très utile pour se lancer dans le métier d’écrivain et ça répond à des questions qu’on ne se pose pas forcément !!
    Cependant, est-ce ce qu’il serait possible d’atténuer les sons /s/ qui sont particulièrement sonores, surtout quand on écoute le podcast au casque ! Merci !

    • dreamteam Reply

      Bonjour Perrine !
      Merci beaucoup pour votre retour ! 😀
      Nous allons nous pencher sur la technique pour voir comment nous pourrions faire ça !
      A très bientôt !

  2. Christelle Cadot Reply

    Bonjour,

    Sujet très intéressant, merci beaucoup pour toutes ces explications. Il y a effectivement des détails auxquels on ne songe pas forcément, de prime abord.
    J’ai deux questions, cependant :

    – J’ai déjà choisi quels seront mes pseudonymes (un pour les policiers/thrillers et un autre pour la fantasy&Cie). L’éditeur peut-il juger que ce pseudo ne sera pas vendeur et nous obliger à le changer ?
    – Et si on choisit des pseudos, je suppose qu’on signe tout de même un contrat avec un éditeur de son vrai nom . Y a-t’il une clause de confidentialité ou quelque chose de similaire si on souhaite garder notre identité secrète (ou en tout cas en dehors du monde de l’édition) ?

    Merci à vous.

    • LICARES Reply

      Bonjour,

      Tout d’abord merci pour tes questions 🙂

      Ensuite, la question du pseudo revient assez régulièrement et pour cause elle est si importante ! Je vais tacher d’y répondre le plus précisément possible :

      – Je vais te faire part de mon expérience pour la première de tes questions… J’ai démarré ma carrière par la SF et le polar et j’utilisais le pseudo Oren Miller, quand j’ai signé avec Harper Collins france, ils m’ont demandé si je pouvais envisager un pseudonyme plus français, car quand on cédait les droits à l’étranger, c’était plus vendeur d’avoir un nom français (en fait les éditeurs étrangers veulent acheter la french touch, donc ils la veulent pour tout). Ils m’ont fait une suggestion que j’aurais évidemment pu refuser. Il se trouve que j’ai trouvé l’argument valable (la preuve étant que j’ai signé par la suite à l’étranger et que mon nom leur a beaucoup plu). Mais bien entendu, j’ai décidé seule de mon pseudo et si j’avais décidé de refuser de changer, alors l’éditeur n’aurait rien pu faire pour m’y contraindre. Il est très important que tu te sentes bien avec ton pseudo et qu’il ait du sens pour toi parce qu’il va te suivre après et il est extrêmement compliqué de changer ensuite en cours de route pour le même genre littéraire. Donc, quoi qu’il arrive, l’éditeur sait qu’il peut te soumettre la suggestion, mais qu’il n’a pas intérêt à t’obliger (parce que tu dirais non de toute façon)

      – Tout à fait le contrat doit être fait à ton vrai nom avec mention de ton pseudo et quoi qu’il arrive cette information est contractuelle (confidentielle) et doit rester interne à la maison d’édition. Tu peux évidemment leur indiquer que tu ne souhaites pas à aucun moment que les deux noms soient liés. En général, sauf un abruti qui ne fait pas attention (ça a été malheureusement mon cas au début de ma carrière, mais l’éditeur était assez malhonnête)) sinon ils se fichent de communiquer tel ou tel nom du moment et dès l’instant où tu as fait un choix, ils s’y tiennent. En effet, de nombreux auteurs souhaitent publier sous anonymat (pour des genres littéraires particuliers, par exemple) ou parce qu’ils exercent des métiers à côté et qu’ils ne souhaitent pas qu’on fasse le lien entre les deux, donc les éditeurs sont tout à fait au courant de cette pratique.

      Voilà j’espère avoir répondu à tes questions ! Merci de ton intérêt pour nous et très bonne journée à toi 🙂

      Lucie Castel

  3. Bonjour,

    Ancienne dans l’écriture de fanfiction mais nouvelle dans l’écriture de fiction, je commence tout juste et vos podcasts sont ma priorité pour canaliser mes idées, cadrer mon projet, et apprendre les règles du ” vrai monde” 😉

    Je sais déjà dans quel genre je veux m’illustrer pour commencer, la romance ( hétéro et homo ).

    J’avais déjà une bonne ligne de conduite en étant consciente que le nom de plume est très important en fonction des genres et de la vie privée/professionnelle mais je suis plus axée sur la côté juridique et il n’a pas été évoqué dans le podcast…

    J’aurais aimé savoir si on peut juste publier ou s’auto-publier ( je pense commencer ainsi ) avec un nom de plume sans conséquence, en étant sûre que l’histoire est à nous et pas être piqué. Est-ce qu’il faut déposer notre nom de plume comme marque pour qu’il soit complètement à nous etc…

    Pas mal de question et j’aimerais savoir si vous avez une réponse à me donner ?

    En tout cas, merci pour ce site et ses informations, j’espère pouvoir me payer, très prochainement votre formation !

    Belle journée,
    Laura

    • LICARES Reply

      Bonjour Laura !
      Je te remercie vraiment de nous écouter ! Nous sommes très fières de pouvoir t’aider ! 😀 Ce serait avec plaisir de t’accueillir dans notre formation.

      C’est marrant parce que nous avons eu une question vraiment très similaire juste la semaine prochaine ! 🙂
      Par contre, je ne suis pas sûre de comprendre ce que tu veux dire par “nom de plume sans conséquence” ? Tu veux dire que tu penses en rechanger après ?

      Voici la réponse que j’avais faite :
      Oui tu peux déposer ton nom de plume. Les auteurs le font peu, ils sont généralement plus soucieux de protéger leur manuscrit que leur nom.
      Je pense qu’il est souvent entendu qu’il est probable qu’il y ait plusieurs auteurs du même nom. Généralement, le public y prête peu attention, il part du principe que beaucoup de personnes ont les mêmes noms et prénoms. Surtout si on utilise un nom étranger, par exemple un nom anglais ou américain… Le fait d’utiliser le même nom que quelqu’un d’autre n’est pas souvent un frein à la publication.
      Cela étant dit, il est évidemment fortement recommandé aux nouveaux auteurs de bien faire une recherche avant de choisir leur nom pour éviter le plus possible de choisir un nom avec un homonyme dans le même genre et pour se construire une identité forte en ligne, ce qui est très important pour l’autoédition.

      Concernant la propriété du pseudonyme, tu peux donc le déposer. Il faudra par contre faire une distinction entre le pur pseudonyme (genre, Avionista, DJMaxx…) et le nom patronymique (un nom et prénom). Il y a des aménagements qui protègent le vrai nom d’une personne. Imaginons que tu veuilles prendre pour nom de plume Jules Rockfeller – s’il y a un “vrai” Jules Rockfeller qui veut écrire sous son vrai nom, il est possible que tu ne puisses pas faire jouer ton droit de préemption sur ta marque.
      Je te laisse faire plus de recherches en ce sens avec les mots clés “utilisation commerciale d’un nom patronymique”.
      Voici quelques liens : ici, ici et ici.

      Bonne journée !
      Johanna –

      • Bonjour Johanna,

        Merci beaucoup pour ta réponse, je vais me renseigner davantage !

        Bonne soirée
        Laura

Write A Comment