Le métier de correcteur éditorial est un métier, dans le monde littéraire, très peu connu. En effet, le correcteur n’est pas mis en avant et n’est d’ailleurs pas nommé dans le livre. Travaillant en sous-marin, il collabore avec les maisons d’édition qui leur confient les manuscrits acceptés. Vous le savez certainement, les écrivains ont le nez dans leur ouvrage et souvent, des coquilles ou petites erreurs sont abandonnées çà et là. 

Le rôle du correcteur est de dépouiller le roman de la moindre faute d’orthographe, mais pas que… D’ailleurs, l’auteur a souvent très peur du correcteur, car il a beaucoup d’aprioris sur ce personnage si important dans la chaîne éditoriale. Évidemment, armé de son feutre rouge, ce rôle clé dans la vie d’un auteur fait peur. L’écrivain y voit un élément perturbateur qui va corriger, mais aussi modifier les phrases pour qu’elles aient un sens.

Découvrez les différentes missions du correcteur éditorial : 

Le correcteur éditorial lit le roman dans sa globalité

Dans un premier temps, le correcteur lira le texte entièrement, du début à la fin. Cette étape est indispensable pour se mettre dans l’ambiance générale du roman, mais aussi pour comprendre le style de l’auteur.

Le correcteur fait une première correction pure

Après la première lecture, le correcteur relira le texte en corrigeant toutes les fautes d’orthographe, de grammaire, de typographie et aussi, les coquilles. Dans certaines maisons d’édition, le correcteur corrigera directement ces erreurs. Dans l’autre, il signalera avec justesse les modifications à effectuer à l’auteur, sans les corriger. Cela peut être très positif, car l’écrivain pourra avoir une compréhension de ses erreurs. En effet, peut-être n’est-il pas au courant de certaines règles de grammaire, alors la présentation de la faute lui permettra de la comprendre pour l’éviter à l’avenir.

Le correcteur corrige ensuite la narration

Dans cette troisième étape, le correcteur vérifiera la fluidité et le rythme, mais aussi l’assurance que l’articulation du récit fonctionne bien. Son rôle est de permettre un texte cohérent pour le lecteur. Il n’hésitera pas à signaler la redondance de phrases ou de mots, et même, l’incohésion de certains paragraphes. Alors, il proposera les modifications à l’auteur pour perfectionner le texte. En aucun cas, il ne prendra la responsabilité de le corriger lui-même. Le risque serait de dénaturer le récit, ce qui n’est pas envisageable.

Les compétences du correcteur éditorial

Outre toutes les connaissances orthographiques et grammaticales, ce métier demande une grande culture générale. En effet, chaque manuscrit doit être approuvé et étudié par le correcteur. Dès lors, il devra s’intéresser au sujet abordé dans le roman. Si l’auteur dévoile un roman ayant lieu en Bulgarie, le correcteur s’assurera que tous les faits, les lieux et l’environnement correspondent à la réalité pour assurer une crédibilité au lecteur. On dit qu’il permet la véracité des propos engagés dans le texte.

La bienveillance, en communication éditoriale, est une qualité primordiale du correcteur. Souvent craint – à tort- , le correcteur a pourtant un rôle très important dans la chaine éditoriale. Les auteurs le craignent, car ils pensent qu’il pourrait changer l’intention littéraire. Or, ce n’est pas du tout le cas. Son rôle, en toute bienveillance, est de permettre à l’auteur de se déployer et de se dépasser. Il va aider à ce que l’intention littéraire soit juste et efficace.

« Il va polir un joyeux et le rendre plus brillant et plus visible. »

Caroline Ulrik

Que faire en auto-édition ?

Faire publier un roman en auto-édition, c’est prendre en charge tout le processus éditorial. Cela inclut également la correction. Nous conseillons sincèrement d’engager un correcteur éditorial externe pour éviter la moindre faute d’orthographe, de typographie, de tournure de phrase, de syntaxe, etc. La relecture et la correction sont un processus sans fin, le correcteur a un œil avisé, car il connait les codes typographiques et il a la maîtrise du métier. Être auteur n’est être correcteur. De plus, il est préférable de modifier les erreurs en amont plutôt que de recevoir une critique littéraire ou un commentaire sur amazon plutôt malveillante.  

Remercions Caroline Ulrick pour ces conseils et retrouvez sa présentation dans le podcast dédié.

Lucie Castel

Write A Comment